Le Sceptre de Toschk – Tome 1 : D’un démon à un homme – Elodie François

Toschk 1866.
Les Szárnyas sont en chasse au cœur de Toschk, ce royaume considéré comme le plus précieux des joyaux. Dans les yeux de l’un de ces démons, Sarvige, ne se reflète aucune lumière. Mais lorsqu’il croise le regard d’un nouveau-né, toutes ses convictions se fissurent et tombent une à une. Cette petite âme fragile fait naître en lui des émotions inconnues. Ne pouvant ni le tuer ni l’abandonner au risque de le laisser aux griffes des siens, il décide de l’emmener. Mais que peut-il faire d’un enfant alors qu’il est un démon ?
C’est auprès de Mezarel, le mage qui protège Toschk du monde extérieur, qu’il pourrait trouver des réponses à ses questions.
Comprendra-t-il pourquoi il n’a pas pu achever le rituel essentiel à sa survie ?

Avis

J’ai découvert l’auteure avec ce roman fantastique « Le Sceptre de Toschk », dont le titre me parlait déjà beaucoup et quelle belle découverte ! Un univers hors du commun, aucune impression de déjà-vu. Tout est nouveau, prenant, soutenu. Et ce côté mystérieux, indéchiffrable du personnage principal est tellement spécial.

Au tout début de l’histoire, nous découvrons les Szárnyas, démons sans aucune limite, se servant des humains comme de bétail pour assurer leur survie. L’un d’eux, notre personnage principal, Sarvige, va faire une rencontre inattendue, une seconde improbable et de là, sa vie ne sera plus jamais la-même.

S’ensuivra des moments de doute, de questionnement, de remises en question et de changement. Tout arrive pour une raison et Sarvige devra découvrir pourquoi…. Car tout ceci est comme le destin, scellé dans la pierre (ou le fer natif).

Sarvige vivra dès lors des moments difficiles, un moment de calme apparent, puis s’ensuivra une épreuve, la plus dure de toute, et un périple déroutant. J’ai été happée auprès de Sarvige, en proie au désarroi, à la peine, à la douleur, à la colère. J’ai vécu avec lui ce périple sans savoir où cela allait le mener, NOUS mener, ni quand et comment cela s’arrêterait-il. L’auteure a su choisir ses mots pour malmener mes émotions.

J’en ressors donc grandi, de ce premier tome. J’y ai croisé la bassesse humaine, la peur des différences, la méchanceté, le mépris, l’arrogance, l’avidité et la vengeance. Mais ce que ce démon a su faire, ce que Sarvige a su endurer, mettre de côté, vivre et espérer, je crois qu’aucun humain dans cette histoire n’aurait su le faire mieux que lui.

Laissez-vous plonger auprès de Sarvige et suivez son périple dans le temps aux quatre coins du monde. Un livre prenant, surprenant et tellement beau. Une leçon de vie, d’humilité, de courage, de passion et de persévérance comme j’en ai rarement vu.

 

Le premier pas vers le bien est de ne pas faire le mal.
« D’un démon à un homme » (Le Sceptre de Toschk, Tome 1) – Élodie François

— Jean-Jacques Rousseau

Livresquement,
France B.

Auto-édition
30 Juin 2020 (257 pages)
Broché : 15,00€ – Ebook 2,99€ (ou Abonnement Kindle)
Lecture de Septembre 2020

Le livre en version papier : ICI
En numérique :

Autre livre de l’auteure :
« Ne jamais dire je t’aime » en Box de Noël (précommande jusqu’au 15 Novembre) :

 

Summary

Un univers fantastique surprenante. Travaillé dans les moindres détails avec des créatures impressionnantes et des lieux fabuleux, dans un autre temps. Un appel au voyage, à la résilience et à la patience. N'oubliez jamais : Le destin fait toujours ce qu'il faut pour te ramener là où tu dois être.

— France B.
2 commentaires
24 likes
Post précédent: Metronomy – Charlie L.Post suivant: Elodie François

Articles similaires

Commentaires

  • Élodie François

    10 novembre 2020 at 14:12
    Répondre

    Un immense merci à toi France pour cette superbe chronique !! Je suis heureuse que tu aies aimé ta lecture et j'ai hâte que tu […] Book'In PlusUn immense merci à toi France pour cette superbe chronique !! Je suis heureuse que tu aies aimé ta lecture et j'ai hâte que tu découvres la suite ♥ Lire moins

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *