Terminus – Jonathan Theroude

Vincent Kaplan avait tout pour être heureux. Une situation professionnelle, une vie de couple épanouie et une fille merveilleuse. Mais il a tout foiré. Par faiblesse. Ou par vanité. Ou par stupidité peut-être… Une lente descente aux enfers commence. Mais la vie est faite de rencontres. Parfois salvatrices. Une lente remontée vers la lumière s’opère alors. Non sans difficulté. Non sans doute. Non sans appréhension. Le prix du chemin de la rédemption. Peut-être… Il renoue, doucement, avec tout ce qu’il a perdu. Et des ténèbres surgit la lumière. D’abord une faible lueur d’espoir. Ensuite, une folle promesse de retrouvailles avec sa fille, Marie, perdue de vue depuis si longtemps. La vie est faite de rencontres. De bonnes et de mauvaises. Au bon moment ou au mauvais moment. Pour le meilleur et le pire. Pour le meilleur ou le pire. Un roman noir très bien écrit qui vous emmènera vers une fin saisissante.

Mon Avis

Une couverture sombre et sobre, qui met de suite dans une ambiance un peu glauque. Un semblant de lumière au bout du tunnel …

Pour vous mettre dans l’ambiance

Je ne lis pas de thriller, je n’aime pas le stress que cela procure, les peurs qui y sommeillent, que ce soit en livre ou en film, c’est un genre où je ne m’aventure pas. Je ne suis donc pas une pro du genre.
Pourtant j’ai découvert celui-ci, parce-que l’auteur m’a sollicité, mais aussi pour le résumé attrayant. Pour une fois, je peux faire une exception.

Une lecture intéressante mais difficile pour moi

Et bien, si je vous dis que j’ai mis des mois, voir même presqu’un an à lire ces 200 pages.
Parce-que oui, c’est douloureux pour moi de découvrir toute cette souffrance, toute ces peurs, sans oublier le côté psychologique et destructeur. L’hypersensibilité fait que chaque mot me poignarde et me fait souffrir, vous comprenez maintenant pourquoi je ne lis pas ce genre de roman.

Pourtant il est bien écrit, la plume de Jonathan Theroude est fine, fluide, percutante et juste. Les mots choisis avec soin font mal et vous plongent dans le désarroi de Vincent. L’humanité qu’il a donné à son personnage fait toute la différence. On le suit et l’on vit avec Vincent des périples inattendus.

La vie est faite de choix

Une suite de choix, de croyances telle que « tout est acquis », de laisser-aller et parfois d’orgueil, jetteront notre personnage principal dans une enfilade d’événements et d’enchevêtrements sans fin. Il tombera au fond du gouffre, pour se rendre compte enfin qu’il avait tout ce dont il rêvait et qu’il n’y portait pas grande attention.
Il perdra tout pour comprendre que la vie, l’amour, sont des choses si fragiles.

L’alcool n’est pas votre mal.
Il est simplement l’instrumentalisation du mal qui vous ronge.

— Terminus – Jonathan Theroude

Son périple marqué de retours en arrière et de fuites en avant, m’a secoué à plusieurs reprises. J’ai eu mal pour lui, certaines décisions m’ont semblé incompréhensibles, d’autres inévitables.

Une lecture intense

Bref j’ai oscillé entre douleurs, craintes, difficultés et réflexions. Mais j’ai eu envie de savoir ce qui allait se passer. Ce qu’il allait finalement prendre encore comme décision et vers quoi cela allait le mener. Toujours dans l’espoir d’une lumière apparaissant faible et ténue à un moment, mais qui n’aveugle pas, qui ne brillera pas.

Vous dire que j’ai été déçue de cette lecture serait mentir. J’ai aimé la justesse que l’auteur apporte au désarroi, à la perte, à la peur, la douleur,  j’ai aimé ses questionnements et ses réflexions profondes, sa justesse dans les émotions négatives et destructrices.
Pourtant, j’ai détesté cette fin, j’ai maudit l’auteur lorsque je l’ai lu. Ne vous attendez pas à l’aimer, à finir votre lecture en pleine forme.
J’ai été anéantie par ce final, j’ai pleuré et maudit encore Jonathan d’avoir mené ses personnages de si belle manière qu’on ne peut qu’être observateur de cette peine.

Tout le monde devait mourir un jour ou l’autre.
Rares étaient ceux qui n’en étaient pas conscients.
Seulement, c’était comme si la Mort avait chaque fois un coup d’avance.
Et elle arrivait toujours par surprise.

— Terminus – Jonathan Theroude
Le temps fait son chemin

Quelques mois après, il a bien fallu cela pour me remettre, je me suis rendue compte qu’il mettait sur papier une réalité juste, innommable, inimaginable pour certains, affreuse pour d’autres, insupportable pour moi. Mais qui peut tout à fait se produire dans notre vie, dans celles de nos voisins, amis et toutes les autres.

La vie est faite de choix, de bons, de moins bons et parfois de très mauvais. Vincent a fait de mauvais choix, mué par ce besoin de toujours plus, sans prendre la peine de voir le mal qu’il faisait à côté. Sa fille, elle aussi, a fait des choix irréparables, tout est parfois si compliqué.

« Méfiez-vous, toujours, l’habit ne fait pas le moine »

Livresquement,
France

[Ancienne Éditions Nouvelle Bibliothèque]
23 Mai 2018 (221 pages)
Broché 18,00€
Dernière lecture : Septembre 2021

Votre commande

Amazon : ICI

 

Summary

Un livre intense et difficile à lire. Une histoire d'une grande humanité, avec un personnage perdu et en plein désarroi. On découvre sa chute et ses combats. Les émotions y sont rudes et vraies. Malgré la fin qui m'a torturé, "Terminus" reste un livre bien écrit et qui mine de rien m'a marqué et questionné sur l'impact de nos choix.

— France B.
0 commentaires
15 likes
Post précédent: Mortelle Adèle, Jurassic Mamie Tome 16Post suivant: Si timide – Modeste Madoré & Joëlle Ecormier

Articles similaires

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *